Rentrée d’automne à Charnay : entre confusion et inquiétude

 

Alors que le Conseil Municipal de rentrée donnait l’occasion à la municipalité de communiquer clairement sur l’avenir de notre commune, il n’en a rien été, et BVC2020 tient à exprimer son inquiétude.

Pour améliorer la circulation : des annonces sans suite

Dès le début de sa mandature, la majorité actuelle annonçait « élaborer un plan de circulation respectueux de la vie Charnaysienne pour mettre fin aux engorgements rendus dangereux dans certains quartiers ». A défaut d’avoir des réalisations, où en sont les projets annoncés ?
En 2016 / 2017, nous avons eu un nouveau PLU qui présentait par un nouveau tracé (entre autres) un axe routier de désengorgement, avec l’assurance d’avoir très rapidement les finances nécessaires. Quel espoir peut-on donner aujourd’hui aux riverains et aux automobilistes de la Grande Rue de la Coupée aux heures de pointes ? Aucun dans l’immédiat ! Cet axe routier de plusieurs millions d’euros ne peut rester à la charge de la commune, et BVC2020 déplore l’absence de plan de financement, alors que Monsieur le Maire était très confiant sur l’avancement rapide de ce projet lors d’une réunion publique en 2017. À plusieurs reprises, notre association a interpelé la municipalité, mais face à cet enjeu, le conseil municipal a voté sur la réalisation d’un rond-point… Coup de théâtre à l’occasion des questions diverses du Conseil Municipal du 1er octobre 2018 : Monsieur le Maire annonce que le giratoire de la rue des Petits Champs ne se fera pas ! Annoncé à l’occasion de ses vœux à la population en janvier 2018, ce projet, qui devait être l’amorce de la voie structurante du futur quartier La Ronze – Malcus – Petits Champs est donc arrêté…
Pendant combien de temps encore les Charnaysiens devront-ils subir cette hausse du trafic au cœur de notre Commune ? Un budget avait été prévu pour financer ce rond-point. Que deviendra cette enveloppe ? Cette voie de contournement est décidément pleine d’embûches !

Economies de fonctionnement : réduction de l’éclairage nocturne et salle de la Verchère

BVC2020 regrette l’absence de projet d’ensemble sur les énergies pour utiliser tous les moyens proposés par l’administration et les opérateurs d’énergie. Réduire l’éclairage nocturne n’est pas vraiment à la hauteur des enjeux, mais personne ne peut s’opposer à des économies raisonnables. En revanche, les Charnaysiens interpellent fréquemment les membres de BVC2020 sur des situations «anormales » : éclairage allumé en plein jour, rues plongées dans l’obscurité dès 21h… La situation est-elle sous contrôle ? BVC2020 attend impatiemment les résultats de l’enquête publique.
Par rapport aux rénovations de la Verchère, nous regrettons également la position de la Mairie. Pourquoi l’optimisation des dépenses d’énergie lors de ces travaux n’a pas été recherchée ? Les gains futurs procurés par les économies d’énergie auraient amorti une partie de l’investissement. C’est dommage que la municipalité n’ait pas sauté sur l’occasion pour s’engager dans des économies raisonnables lors de ce projet…

Les surprises de la Rentrée des Associations

Pour l’édition 2018, chacun espérait un déroulement serein, comme en 2017, mais la municipalité avait réservé des surprises pour les associations ! Sans consultation avec les associations, le lieu retenu fut celui d’un nouvel acteur privée qui propose des activités de loisirs. Bien entendu, on ne peut que se réjouir de l’implantation d’une nouvelle entreprise, mais pourquoi avoir choisi ce lieu ? Il y a eu les conséquences suivantes :

  • Très peu d’associations ont pu organiser des démonstrations afin de faire découvrir la passion qui les animent. En effet, les infrastructures que offrent le site de la Bâtie étaient absentes
  • Certaines associations n’ont pas compris le choix de ce lieu. Un échange entre la municipalité et les acteurs associatifs aurait été profitable pour tous, au lieu d’imposer un choix connu peu de temps avant l’évènement
  • Au lieu de profiter d’un tel évènement pour soutenir financièrement ses associations, la municipalité a donné l’image de les manipuler ! Par exemple, aucune association de la commune n’a récolté les bénéfices de la buvette alors que c’était l’OMS en 2017 ! Faut-il rappeler que depuis 2014, le budget consacré aux subventions des associations a baissé de 30%. Souhaitons que le salon de la BD organisé le 6 Octobre ne laisse pas une telle image

Une rentrée dans la continuité…

Les Charnaysiens se désolent de voir une équipe qui perd son cap, et l’image donnée cette année n’est guère rassurante. Ils peuvent compter sur le soutien des membres de BVC2020

 

Florian DUVERNAY, Président de BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 et Richard PALUK

A suivre nos articles, nos vidéos et notre actualité sur :

Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com
Notre profil Facebook : Bien Vivre à Charnay 2020

Publicités

Rentrée d’automne à Charnay : entre confusion et inquiétude

 

Alors que le Conseil Municipal de rentrée donnait l’occasion à la municipalité de communiquer clairement sur l’avenir de notre commune, il n’en a rien été, et BVC2020 tient à exprimer son inquiétude.

Pour améliorer la circulation : des annonces sans suite

Dès le début de sa mandature, la majorité actuelle annonçait « élaborer un plan de circulation respectueux de la vie Charnaysienne pour mettre fin aux engorgements rendus dangereux dans certains quartiers ». A défaut d’avoir des réalisations, où en sont les projets annoncés ?
En 2016 / 2017, nous avons eu un nouveau PLU qui présentait par un nouveau tracé (entre autres) un axe routier de désengorgement, avec l’assurance d’avoir très rapidement les finances nécessaires. Quel espoir peut-on donner aujourd’hui aux riverains et aux automobilistes de la Grande Rue de la Coupée aux heures de pointes ? Aucun dans l’immédiat ! Cet axe routier de plusieurs millions d’euros ne peut rester à la charge de la commune, et BVC2020 déplore l’absence de plan de financement, alors que Monsieur le Maire était très confiant sur l’avancement rapide de ce projet lors d’une réunion publique en 2017. À plusieurs reprises, notre association a interpelé la municipalité, mais face à cet enjeu, le conseil municipal a voté sur la réalisation d’un rond-point… Coup de théâtre à l’occasion des questions diverses du Conseil Municipal du 1er octobre 2018 : Monsieur le Maire annonce que le giratoire de la rue des Petits Champs ne se fera pas ! Annoncé à l’occasion de ses vœux à la population en janvier 2018, ce projet, qui devait être l’amorce de la voie structurante du futur quartier La Ronze – Malcus – Petits Champs est donc arrêté…
Pendant combien de temps encore les Charnaysiens devront-ils subir cette hausse du trafic au cœur de notre Commune ? Un budget avait été prévu pour financer ce rond-point. Que deviendra cette enveloppe ? Cette voie de contournement est décidément pleine d’embûches !

Economies de fonctionnement : réduction de l’éclairage nocturne et salle de la Verchère

BVC2020 regrette l’absence de projet d’ensemble sur les énergies pour utiliser tous les moyens proposés par l’administration et les opérateurs d’énergie. Réduire l’éclairage nocturne n’est pas vraiment à la hauteur des enjeux, mais personne ne peut s’opposer à des économies raisonnables. En revanche, les Charnaysiens interpellent fréquemment les membres de BVC2020 sur des situations «anormales » : éclairage allumé en plein jour, rues plongées dans l’obscurité dès 21h… La situation est-elle sous contrôle ? BVC2020 attend impatiemment les résultats de l’enquête publique.
Par rapport aux rénovations de la Verchère, nous regrettons également la position de la Mairie. Pourquoi l’optimisation des dépenses d’énergie lors de ces travaux n’a pas été recherchée ? Les gains futurs procurés par les économies d’énergie auraient amorti une partie de l’investissement. C’est dommage que la municipalité n’ait pas sauté sur l’occasion pour s’engager dans des économies raisonnables lors de ce projet…

Les surprises de la Rentrée des Associations

Pour l’édition 2018, chacun espérait un déroulement serein, comme en 2017, mais la municipalité avait réservé des surprises pour les associations ! Sans consultation avec les associations, le lieu retenu fut celui d’un nouvel acteur privée qui propose des activités de loisirs. Bien entendu, on ne peut que se réjouir de l’implantation d’une nouvelle entreprise, mais pourquoi avoir choisi ce lieu ? Il y a eu les conséquences suivantes :

  • Très peu d’associations ont pu organiser des démonstrations afin de faire découvrir la passion qui les animent. En effet, les infrastructures que offrent le site de la Bâtie étaient absentes
  • Certaines associations n’ont pas compris le choix de ce lieu. Un échange entre la municipalité et les acteurs associatifs aurait été profitable pour tous, au lieu d’imposer un choix connu peu de temps avant l’évènement
  • Au lieu de profiter d’un tel évènement pour soutenir financièrement ses associations, la municipalité a donné l’image de les manipuler ! Par exemple, aucune association de la commune n’a récolté les bénéfices de la buvette alors que c’était l’OMS en 2017 ! Faut-il rappeler que depuis 2014, le budget consacré aux subventions des associations a baissé de 30%. Souhaitons que le salon de la BD organisé le 6 Octobre ne laisse pas une telle image

Une rentrée dans la continuité…

Les Charnaysiens se désolent de voir une équipe qui perd son cap, et l’image donnée cette année n’est guère rassurante. Ils peuvent compter sur le soutien des membres de BVC2020

 

Florian DUVERNAY, Président de BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 et Richard PALUK

A suivre nos articles, nos vidéos et notre actualité sur :

Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com
Notre profil Facebook : Bien Vivre à Charnay 2020

CHANGEMENTS AU SEIN DE BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

Lors de sa 4ième Assemblée générale, l’association a renouvelé partiellement son bureau, qui se compose dorénavant ainsi :

Président : Richard PALUK

Vice-Président : Florian DUVERNAY

Secrétaire : Quentin ROHMER

Trésorier : Jean-Paul BASSET

Les membres sortants du bureau ont été chaleureusement remerciés pour le travail accompli et la poursuite de leur engagement dans l’association. Le président a également félicité les nouveaux entrants pour leur volontarisme.

Lors de sa première intervention, le nouveau président a indiqué sa volonté de poursuivre le travail engagé afin de rassembler tous les acteurs de notre commune et de préparer Charnay 2020.

FAIRE FACE AUX ENJEUX

Les choix de politique gouvernementale imposent des nouveaux défis aux collectivités, notamment sur un plan financier. Ce n’est pas nouveau, mais le désengagement de l’état va s’accélérer. Les communes et les collectivités devront innover et se remettre en question pour conserver la qualité des services et les activités attendues par les citoyens.

BVC2020 restera vigilant sur les actions de la municipalité et alertera les Charnaysiens lorsque ce sera nécessaire, dans l’intérêt de notre commune. Une attention sera également portée sur l’entretien des espaces verts, la sécurité et notamment le redémarrage des activités des « Voisins Vigilants », la contribution à la vie des associations, et enfin, l’activité économique qui ne doit pas se limiter au commerce. Pour éviter l’immobilisme, une forte tentation en fin de mandat municipal, les membres de BVC2020 ne cesseront pas de questionner sur les choix qui engageront l’avenir de la commune.

TRAVAILLER ENSEMBLE POUR LA RÉUSSITE DE CHARNAY

L’association BVC2020 regroupe depuis les municipales de 2014 des Charnaysiens de la liste de la droite et du centre, rejoints depuis par des nouveaux membres qui ont la volonté de préparer l’avenir de notre commune, et la qualité de vie des Charnaysiens.

Toute personne qui adhère à ce projet est la bienvenue.

 

L’ASSOCIATION BVC2020 SOUHAITE AUX CHARNAYSIENS UNE BONNE RENTREE !

 

RP pour BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

 

A suivre nos articles, nos vidéos et notre actualité sur :

 

Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com

Notre profil Facebook : Bien Vivre à Charnay 2020

Municipalité de Charnay – Bilan à mi-mandat

En mars 2014, le choix des électeurs s’est porté sur Monsieur ANDRES et sa liste AGIR OU L’ON VIT. 3 ans plus tard, il est légitime que les membres de l’association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 dressent le bilan. Il ne s’agit pas de détailler minutieusement les abandons de promesses électorales, mais de faire un focus sur certains points qui nous semblent essentiels pour l’amélioration de la vie des Charnaysiens.

RAPPEL DE QUELQUES PROMESSES DE CAMPAGNE DE M. ANDRES

  1. Une gestion responsable et maitrisée des finances communales
  2. Refuser l’hypermarché
  3. Contre les décisions à la hussarde : valoriser l’écoute et la consultation
  4. Communiquer en toute objectivité, restaurer la démocratie locale
  5. Penser d’abord et construire le futur de la commune
  6. Nous élaborerons notre politique culturelle en concertation avec les associations

VIE DES ASSOCIATIONS

Une brève discussion avec des responsables ou des parents suffit pour se rendre compte d’un profond mécontentement. Certes, les activités continuent, malgré des subventions en baisse, mais ce qui est ressenti le plus durement, c’est la perte du naturel et convivial avec la mairie.

Contrairement aux promesses (3)  (4) et (6), l’absence de concertation est latente. Prenons pour exemple la date pour la  journée des associations : elle a été imposée à une période improbable contre l’avis de tous, puis remise à la date habituelle suite à l’échec de l’évènement, tel qu’annocé par les principaux intéressés ! Second aspect de cette difficile collaboration, c’ est l’absence de soutien matériel, devenant un poids très lourd pour chaque manifestation. A l’exception du gala annuel car la ville est partenaire, l’aide est généralement refusée pour tous les autres évènements d’une majorité d’associations. Pour déplacer du matériel lourd, les parents doivent imaginer des solutions « acrobatiques », indignes pour une commune comme Charnay. A ce titre, plus personne ne comprend le rôle de l’OMS.

Dernier aspect de la vie associative qui est très mal vécu : le manque de considération. Certes, le discours officiel est toujours avenant, mais la présence du maire ou de son représentant aux principales manifestations est très aléatoire. Leur absence est très mal ressentie par les animateurs et les parents. Le Gala annuel de la principale association suffira comme exemple.

Comment en est-on arrivé là, alors que les associations sont le principal vecteur de vie au sein d’une commune !

ECONOMIE

« Un projet et une méthode qui font la différence » était la phrase choc de la liste AGIR OU L’ON VIT. En réalité depuis 3 ans, pour la vie économique dans notre commune, il n’y a eu ni projet, ni méthode !

  1. L’article « Prissé qui rit et Charnay qui pleure » publié en Oct 2016 (à relire sur le blog) résumait parfaitement la situation.

En cassant le projet d’hypermarché, la promesse de campagne (2) fut rapidement exécutée, mais sans projet de substitution pour dynamiser les activités de la commune, en donnant une vision à moyen et long terme. Nous en aurions bien besoin pour nos jeunes et pour soulager le budget de la commune ! Le contexte économique réduit les marges financières, mais pas au point de sonner le glas à chaque discours, avec en complément la ritournelle sur le prêt « toxique ». Si le contexte était si dramatique, la commune pourrait-elle continuer à s’endetter, engendrer les travaux sur l’assainissement sans discuter les conditions, ou encore déplacer le monument aux morts ?

Pour une politique économique et sociale sérieuse, les entreprises de la commune peuvent être de solides partenaires, à condition d’être à l’écoute et d’engager des actions qui s’inscrivent sur la durée. Par exemple, nous avons été alertés par des entreprises ou des artistes très impactés par des travaux de voirie ; leurs demandes auprès de la mairie sont restées sans réponses. Est-ce une bonne manière d’aider les acteurs économiques ? Promesse (3) non tenue. Où en sont les annonces faites lors des vœux aux entreprises ? Petit-déjeuner des entreprises, aide à l’emploi… Pour rappel : BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 s’est proposé pour y participer.

  1. Logements sociaux

En 2014, la liste AGIR OU L’ON VIT insistait sur le manque de 529 logements sociaux pour être conforme aux contraintes légales. Confrontée aux réalités des subventions indispensables aux investissements sociaux, mais aussi au trop plein de logement dans le mâconnais, l’équipe municipale change de discours. En modifiant le périmètre de référence, pour ne plus parler de Charnay, mais de l’agglomération Mâcon-Charnay, la majorité change « subtilement » son discours, pour ne pas devoir reconnaitre ses erreurs de campagne électorale !

VIE AU QUOTIDIEN

Au-delà des stratégies politiques, les Charnaysiens aiment leur commune et s’inquiètent  des dérives constatées au quotidien.

  1. L’entretien des espaces verts s’est dégradé

Les élus de BIEN VIVRE A CHARNAY ainsi que les membres de l’association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 ont régulièrement interpelé l’équipe municipale, sans succès, sinon un effort de communication dans la revue municipale, mais rien n’a changé. Charnay ne se limite pas à la seule rue de la Coupée ! Tous les espaces verts méritent d’être entretenus, non seulement pour les Charnaysiens, mais aussi pour les touristes (par exemple, ceux de la route des vins) qui ne reviendront pas s’ils gardent une mauvaise impression. Le personnel des services techniques n’est pas en cause ; c’est un manque de volonté politique des élus en charge de ce sujet, un manque de méthode et de suivi.

  1. Circulation rue de la Coupée

Objectivement, l’augmentation des flux de circulation énerve tous les Charnaysiens. Les solutions actuelles ne peuvent être que provisoires. La sécurité routière est une cause nationale, mais elle commence au niveau local, par exemple avec des passages piétons placés correctement, et lorsque des nouvelles règles de priorité non naturelles sont instaurées, il faut les rendre très visibles. Quand sera installé le radar pédagogique promis par Monsieur le Maire ? Il faut du suivi dans les actions, et non se limiter aux seuls problèmes de stationnement.

  1. La sécurité des Charnaysiens

La police municipale joue un rôle important, et les Charnaysiens se rendent compte de l’investissement humain nécessaire pour remplir parfaitement une telle mission. Après un long feuilleton commencé au Conseil Municipal de Septembre 2015, enfin, Charnay a son 2ème policier municipal. Parmi les actions anciennes, qu’en est-il de VOISINS VIGILANTS ? Voilà une action citoyenne, qui renforce les liens de la communauté, qui ne coûte quasiment rien à la commune, mais elle est totalement délaissée par l’équipe municipale. Selon les habitants qui s’y sont investis, il n’y a eu qu’une seule réunion au cours des deux dernières années. Les élus ont-ils décidé d’arrêter VOISINS VIGILANTS ?

  1. Organisation chaotique des évènements

Les Charnaysiens apprécient les évènements culturels qui leur sont proposés, mais ceux qui préparent la communication devraient au minimum vérifier les informations pour éviter la succession d’incidents, quant aux élus, ils devraient donner l’exemple  : numéro de téléphone erroné dans le bulletin municipal (garagiste de Louhans dérangé à maintes reprises), autre numéro faux communiqué dans une publicité de la presse internet (particulier étranger à l’évènement, très énervé par les appels incessants), Ticket Net impossible à joindre. Quand on appelle la mairie, il faut laisser ses coordonnées pour être rappelé, mais personne ne rappelle ! On renouvelle l’appel pour avoir enfin une validation de la réservation. Cependant, le jour du concert, ceux qui ont réservé n’ont pas la priorité aux entrées, et donc perdent les meilleures places, sans parler d’élus qui bénéficient d’un coupe-fil. L’erreur est humaine, mais une telle accumulation démontre un amateurisme certain.

ZOOM SUR LE DEPLACEMENT DU MONUMENT AU MORT

Ce sujet a tellement surpris, qu’il mérite un chapitre à lui seul, car beaucoup de Charnaysiens sont en colère. Est-ce normal d’engager de telles dépenses quand on martèle à chaque réunion que les finances de la commune sont dans un état catastrophique ? Est-ce normal de découvrir les détails de ce vaste projet par la presse ?

Oui, l’ancien emplacement du monument aux morts était problématique, mais au point d’engager 90 500 € ? Même si une part est financée par des subventions extérieures, il y a des travaux en régie par les services techniques dont le coût n’est pas communiqué.

Second aspect inacceptable : l’absence d’information préalable. Le projet détaillé n’a pas été soumis pour avis aux conseillers municipaux. Faut-il souligner que le monument aux morts est un sujet empreint d’émotions, de gravité, et qui nous concerne tous. Avant d’engager la commune de manière irréversible, le présenter pour avis aux Charnaysiens eu été une excellente idée car enfin, même un chef de projet débutant comprend que pour obtenir l’adhésion, il faut susciter la participation.

Plus anecdotique, nous apprenons aussi par voie de presse, que pour Monsieur le maire, cette place est désormais « le centre-ville de la commune avec des commerces de proximité ». Étonnante affirmation alors que cette place est proche des limites de Mâcon, et que les commerces sont éloignés ! Un projet alternatif aurait pu placer le monument au mort à proximité de l’Église du Sacré Cœur, véritable cœur de notre commune, mais a-t-on eu l’idée de présenter des projets alternatifs aux Charnaysiens ?

Au total, pas moins de 4 promesses de campagne n’ont pas été respectées : (1), (3), (4) et (5).

A SUIVRE…

La commune fonctionne, grâce notamment à ses services techniques et administratifs. Le rôle de l’opposition est de mettre en évidence les écarts avec les promesses, les fonctionnements chaotiques, pour que l’équipe municipale corrige son action dans l’intérêt des Charnaysiens, mais peut-elle se remettre en cause ?

Les membres de BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 sont disponibles pour aider à construire le futur de la commune (promesse de campagne (5)), et sont à l’écoute des Charnaysiens qui tiennent à partager leurs propositions ou à signaler des dysfonctionnements récurrents, avec l’assistance (si nécessaire) d’une caméra de BVC2020TV. Afin de recueillir l’avis des Charnaysiens, nous soumettons sur le blog un questionnaire de satisfaction anonyme, avec restitution ultérieure des résultats.

 

RP pour BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

 

A suivre nos articles, nos vidéos et notre actualité sur :

 

Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com

Notre profil Facebook : Bien Vivre à Charnay 2020

 

Prissé qui rit – Charnay qui pleure

 

Dans le bulletin municipal n°125, Monsieur le Maire claironnait son triomphe : il n’y aura pas de centre commercial ! Point final au principal sujet de la dernière campagne municipale.

La presse du dimanche 16 octobre a confirmé nos craintes de 2014 : ce que Charnay refuse par idéologie politique, d’autres en profiteront !
Grâce à l’autorisation d’agrandissement de son centre commercial, Prissé récupèrera d’importantes nouvelles recettes fiscales, et 30 salariés ! En 2013, cette demande d’agrandissement était bloquée, en attendant la décision pour Charnay, mais grâce à Monsieur Andrès et son équipe, tous les obstacles ont été levés pour Prissé. C’est irrémédiable, car en économie, les opportunités ne se présentent qu’une fois.

Chacun aura noté que dès maintenant, amplifié par les difficultés pour se déplacer par la rue de la Coupée, les habitants de l’ouest charnaysiens préfèrent Prissé pour leurs achats. Le développement des commerces de bouche au rondpoint de Prissé est très révélateur. Lorsque l’agrandissement à Prissé sera terminé, cette tendance sera encore plus marquée.

Résultats pour Charnay :

  • pertes pour les commerçants du centre
  • pertes pour le budget de la commune
  • pertes d’opportunités pour les sans-emplois et les jeunes de Charnay
  • l’actuel centre commercial de Charnay n’aura plus d’autorisation de développement

Torpiller le projet du centre commercial a été votre première action, Monsieur le maire, et vos administrés payent aujourd’hui les frais d’une stratégie électorale populiste. Vous n’avez rien proposé en compensation depuis votre élection, sinon des envolées lyriques et une augmentation des impôts locaux, mettant ainsi en évidence vos difficultés à tenir rigoureusement les dépenses. Le reconnaitrez-vous sur 4 pages dans le prochain bulletin municipal ? Vous pourriez ainsi vous remettre en cause une nouvelle fois, comme suite aux remarques des élus d’opposition sur l’entretien des espaces vert et les nombreux messages de mécontentement des charnaysiens.

En attendant, les charnaysiens ne vous disent pas merci, et les membres de BVC2020 préparent leurs projets pour l’avenir, afin de réparer vos erreurs politiques.

.

R.P. pour l’Association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

A suivre nos articles et notre actualité sur :

Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com
Notre profil facebook : Bien Vivre à Charnay 2020

L’équipe municipale de Charnay aurait-elle enfin compris qu’il était temps de se remettre en cause ?

 

Si le Blog de BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 est devenu au fil des mois l’autre source d’information des charnaysiens, c’est parce qu’il présente des faits, des dérives comportementales, des dysfonctionnements mal ressentis par la population, en interpelant l’équipe municipale si nécessaire, pour la mettre face à ses promesses ou ses contradictions.

Sous la « pression » de ces écrits, on a pu constater que le comportement du maire au conseil municipal est devenu plus respectueux des élus, ou que nos critiques sur l’entretien des espaces verts semblent enfin faire réagir la municipalité : 4 pages dans le dernier bulletin municipal ! A ce stade, ce ne sont que des mots, mais soyons indulgents, car il faut un début à tout. Gageons que les mots seront suivis d’effets, pour que le joli cadre de notre commune contribue à donner le sourire à ses habitants et aux touristes.

Même divine surprise dans les relations avec les associations. Le ton est revenu à une recherche de consensus, et par exemple, la municipalité a reconnu qu’avoir imposé une date en juin (contre l’avis des associations) pour la fête des associations était une erreur. On reviendra au 2ème weekend de Septembre en 2017. L’avenir montrera si ces promesses et ce nouveau mode de travail s’inscrivent sur la durée.

Les lecteurs réguliers de ce blog savent parfaitement ce que représente BVC2020 : des charnaysiens, regroupés en une association au lendemain des municipales de 2014, issue de la liste de la droite républicaine et du centre ; il n’y a jamais eu de mystère !

Merci d’être de plus en plus nombreux à nous lire régulièrement. Continuez à réagir, à nous écrire, car BVC2020 est au service des charnaysiens !

R.P. pour l’Association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

A suivre nos articles et notre actualité sur :
Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com
Notre profil facebook : Bien Vivre à Charnay 2020

Bien Vivre à Charnay 2020 informe et s’engage

 

Issu de la liste de la droite républicaine et du centre aux dernières municipales de Charnay, BVC2020 se doit naturellement de promouvoir la préparation des primaires de la droite et du centre. C’est un évènement important pour préparer l’alternance dans notre pays au printemps 2017, avec les présidentielles les 23 Avril / 7 Mai. Les législatives suivront les 11 et 18 Juin

Dates

1er tour le 20 Novembre, et 2ème tour le 27 novembre

Qui peut voter ?

Tous, sans condition d’adhésion à un parti ; c’est une primaire ouverte.

Il faut être inscrit sur une liste électorale au 31 décembre 2015 ou être âgé de 18 ans à la date de l’élection présidentielle 2017. Il faudra signer la charte souscrivant aux valeurs de la droite et du centre, et verser 2 € à chacun des tours.

Les candidats

Ils sont au nombre de 7 dont les noms sont dorénavant bien connus.

Bureaux de vote

Ils seront organisés localement, sans aide des municipalités.

En Saône et Loire, on comptera 86 bureaux, dont 19 dans le mâconnais.

Mâcon en aura 7 : Sennecé, Flacé, Gautriats-Marbé, Héritan, Lamartine, Blanchette-Saint CLément, Loché-Vinzelles-Varennes

12 à l’extérieur de Mâcon : La Chapelle de Guinchay, Chaintré, Solutré, Tramayes, Dompierre-les-Ormes, Saint Gengoux le National, Cluny, Viré, Sologny, Sancé et 2 bureaux à Charnay.

L’organisation nécessite des présidents pour les bureaux de vote (qui sont obligatoirement des élus) ainsi que des assesseurs. A Charnay, nous aurons 12 assesseurs !

Avant le 1er tour, d’autres informations pratiques seront connues. BVC2020 continuera à informer ses lecteurs et restera au service de ses concitoyens pour d’éventuelles questions.

 

R.P. pour l’Association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020
A suivre nos articles et notre actualité sur :
Le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 : bienvivreacharnay.com
Notre profil facebook : Bien vivre à Charnay 2020

Exercice d’autosatisfaction du Maire de Charnay – Réunion publique du 13 Juin 2016

Reconnaissons que l’exercice était bien préparé, comme la presse locale l’a relaté. L’Association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020 veut souligner ce que n’a pas dit le Maire, et ce que n’acceptent pas les charnaysiens.

Comme à chaque occasion, la méthode consiste à affirmer que tous les problèmes ont leur source avant 2014, et que tout ce qui réussit est le fruit de l’actuelle équipe, le tout dans des envolées lyriques qui sont la marque de M. le Maire

Ces opérations de com. fatiguent les charnaysiens car ils préfèrent du concret !

Pour le chapitre financier, le public a dû écouter une nième fois le couplet habituel sur le prêt toxique, voté par M. le Maire à l’époque (ne l’oublions pas). Avec l’annonce d’un nouveau prêt (350 000 €) contracté par la commune, nous avons la confirmation que la situation financière est normale ! La municipalité tient cependant à dramatiser pour discréditer son prédécesseur.

Le thème le moins crédible fut « la commune à l’écoute ». L’organisation de réunions publiques en donne l’illusion, mais c’est au quotidien que les charnaysiens constatent la réelle écoute. Deux sujets contredisent les jolies déclarations.

Les Associations. Elles ne se sentent plus considérées, et ce ne sont pas les baisses de dotations qui sont en cause, mais l’absence d’un réel partenariat :

  • Quand la date des vœux du Maire en planifiée en même temps que le gala de la principale association de la commune, comment cela est-il perçu ?
  • Date de la fête des associations : elle a été fixée sans aucune concertation, puis imposée. 30 associations présentes sur 80, et avec si peu de participants que les enfants jouaient au foot devant la scène sans créer de problème. Comme à cette date, la majorité des associations ne peut pas prendre encore d’inscriptions, c’était une journée pour rien. Mais chut… c’est un succès pour la mairie !

Entretien des espaces verts. Il fait défaut, non pas à cause des salariés des services techniques, mais à cause du manque de suivi par les élus concernés. Prenons pour exemple la voie verte ; un élu y est-il allé récemment ? La surface est neuve, mais elle est entourée de végétation non fauchée depuis les travaux, parfois de plus d’un mètre de haut. La saison touristique est bien engagée, et pour ce qui est l’une des cartes postales de notre commune, cette situation n’est pas normale.

Concernant l’économie, le public a réalisé que la commune était « soulagée » de ne plus devoir s’occuper du développement économique. Ce n’est pas rassurant pour nos jeunes et nos entreprises.

Depuis 2014, 2 années ont été perdues ! Les charnaysiens sont très inquiets pour la suite.

En 2014, nous étions en droit d’attendre l’application d’un programme, d’un nouveau projet pour notre commune, en s’appuyant sur une nouvelle vision, mais en 2016, on l’attend toujours !

RP pour l’Association BIEN VIVRE A CHARNAY 2020

Echos du conseil municipal du 21 Mars 2016 : Le Maire refait la campagne électorale 2014 et continue de briser l’élan associatif de la commune

L’ordre du jour ménageait les plaisirs, entre du léger, comme des modifications de tableau d’effectifs, et du lourd comme la validation des comptes 2015 et des budgets 2016.

Inutile de revenir sur le détail des chiffres déjà communiqué dans la presse locale, mais zoomons sur quelques faits marquants, qui révèleront à nouveau les méthodes de l’actuelle municipalité (voir tous les articles précédents sur notre blog),

Notons pour commencer, que grâce aux articles parus sur le Blog de Bien Vivre à Charnay 2020 et repris dans la presse, les élus (même ceux d’opposition !) reçoivent enfin l’ordre du jour et tous les documents à examiner 10 jours avant le conseil municipal. Ne nous attardons pas sur les courriers d’accompagnement non datés et non signés ; l’amélioration est remarquable, même si elle est tardive.

le Maire refait sa campagne des municipales 2014

Au détour de quelques diapositives de présentation des comptes, le conseil municipal et le public ont été soudain interloqués par des déclarations du Maire, croyant réentendre les déclarations fallacieuses des dernières élections  sur l’emprunt toxique / la situation catastrophique des comptes / heureusement que nous sommes arrivés pour arrêter l’hémorragie… :

– Je n’ai pas voté l’emprunt « toxique », et on ne m’a pas montré les conditions financières -> FAUX ! les charnaysiens continueront à vous rappeler cette vérité M. le Maire, même si elle vous dérange profondément

– On ne nous a jamais présenté le projet du Centre Commercial -> FAUX ! Sur insistance des élus de BIEN VIVRE A CHARNAY, M. le Maire finit par reconnaître que le projet fut présenté en commission réunie

– La « facture » de 900 K€ pour l’assainissement : soit elle existe, et il faut prévoir son financement, soit elle n’existe pas et on le dit publiquement -> Cette « facture » a en effet bien joué son rôle pour casser l’équipe sortante, et il est vrai qu’aujourd’hui, elle dérange un peu !

La situation financière catastrophique devient la nouvelle ritournelle de M. le Maire, avec l’emprunt « toxique ». C’est une caricature pour celui qui n’a plus d’argument, comme l’a remarqué un élu de BIEN VIVRE A CHARNAY. Somme toute, le budget présenté au vote a des variations dans une fourchette raisonnable, sans commune mesure avec les déclarations fracassantes et catastrophiques.

Les charnaysiens en ont assez de vos retours vers le passé ! Le souvenir de la victoire vous est sans doute agréable, mais vous n’étiez pas prêts à gouverner, et les charnaysiens s’en rendent compte.

Le monde associatif était présent dans les débats, mais M. le Maire a été très habile pour éluder des questions pourtant très pratiques pour les associations charnaysiennes.

Prêt de matériel : c’était le scoop de la soirée. Enfin, les associations pourront se prévaloir des déclarations du Maire ce 21 Mars 2016 -> Personne ne pourra dorénavant refuser un prêt de matériel tel que vit-abri, alors que nous sommes nombreux à avoir vécu des refus !

Il a été cependant confirmé, que chaque association doit se livrer elle-même le matériel demandé ! Concrètement, cela bloque les prêts dans la plupart des cas. Prenons quelques exemples :

– Comment les bénévoles peuvent-ils aller chercher le matériel, pendant leurs heures de travail qui sont les heures d’ouverture des services techniques ?

– Comme chacun le sait (ironie), chaque association a sa camionnette pour récupérer des chaises, des tables ! Non, les bénévoles ont des véhicules personnels, non adaptés au transport de matériel !

La municipalité a une vision totalement décalée de la vie des associations !

Autre exemple, l’initiative de la Mairie de déplacer de Septembre à début Juin la journée des « Associations en Fête » qui ressemble plus à une « fête de fin d’année scolaire », alors que les compétitions de fin d’année ne seront pas encore terminées, règnera une pleine effervescence, et qu’il ne sera pas possible de donner les licences qui, elles, ne se distribuent qu’en septembre. C’est l’exemple type d’une initiative prise en leur imposant cette date, on ne vous félicite pas !

-> Les associations sont en colère et certaines ont déjà quitté la commune.

Parmi d’autres sujets…

Le programme de construction des 28 logements rue Saint Martin des Vignes a été l’occasion d’échanges avec les élus de BIEN VIVRE A CHARNAY, dont les propos ont été déformés par M. le Maire. Il est normal et louable de rattraper le retard de notre commune dans ce domaine, mais ce n’est pas une bonne idée d’avoir localement 100% de logements sociaux dans un secteur particulier, et ce n’est pas une question de taille, M. le Maire. La mixité sociale se construit pas à pas ; espérons que les charnaysiens n’auront pas à vous rappeler cette erreur de principe.

Les charnaysiens en ont assez ! Arrêtons de ressortir les arguments usés des municipales. Il serait temps, depuis 2 ans, que la municipalité travaille enfin pour ses administrés.

 

R.P.

Les taxes en hausse de 5 % – Article du JSL, le 25/03/2015

 impôt

Le budget primitif 2015, au centre de notre conseil municipal de ce jour, porte les stigmates d’une situation financière toujours préoccupante pour notre commune. » Cette phrase lâchée par le maire de Charnay-lès-Mâcon, Jean-Louis Andrès, en marge du conseil municipal lundi soir, ne laissait rien présager de bon. Dans la salle copieusement garnie, les Charnaysiens ont vite décodé les propos et compris que l’annonce d’une augmentation de la fiscalité locale allait être faite par la majorité.

 

Un choix pleinement assumé par le maire, lequel a expliqué que cette décision de relever de 5 points les trois taxes locales (habitation, bâti et non bâti), « ne s’est pas faite de gaieté de cœur. Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ne pas proposer d’augmentation, c’est soit de la démagogie, soit être inconscient. Nous avons déjà réalisé des économies sérieuses et importantes. Mais je suis obligé de faire des choix draconiens ».

 

« Choix financiers inappropriés ou à risques, décidés par l’ancienne équipe, baisses programmées des dotations d’État connues mais non anticipées, prêt toxique, fuite en avant vers la construction immobilière à marche forcée dont les premières rentrées fiscales ne sont attendues qu’à l’horizon 2017… » sont autant de contraintes pointées du doigt par le maire comme pour justifier le recours à l’impôt et l’impossibilité pour l’équipe de pouvoir actionner d’autres leviers.

 

Voilà le type de décision qui, on s’en doute, ne va pas faire sauter de joie les Charnaysiens, qui sortent déjà de deux augmentations successives des impôts locaux, de 2 % chacune.

 

« Vous n’êtes plus en campagne électorale »

 

En séance, la réaction des groupes d’opposition n’a pas tardé. Frédéric Breuil, chef de file de “Bien vivre à Charnay”, a fustigé ce choix en demandant de manière insistante au premier magistrat « d’arrêter de faire de la politique politicienne en noircissant volontairement la situation de la Ville, et surtout en répétant, à qui veut l’entendre, que tous vos malheurs sont les conséquences de la gestion de l’équipe précédente. Vous n’êtes plus en campagne ». Pour l’élu de la droite, cette hausse aurait pu être évitée via « les 830 000 € déjà perdus par la Ville à cause de votre gestion hasardeuse des dossiers ». Et d’en apporter quelques exemples : « La pénalité de 240 000 € versée à Mâcon au titre du transfert des effluents, le retard pris dans la renégociation de l’emprunt à risque, la révision du Plan local d’urbanisme, l’audit financier et le manque à gagner de 450 000 € dans le non-transfert du Carrefour Market. Pire, le budget 2015 ne laisse apparaître aucune nouvelle ressource. Voilà pourquoi nous allons voter contre cette hausse et le budget ». « J’espérais bien que vous alliez voter contre, sinon cela aurait signifié que le budget était parfait », lui a répondu, Jean-Louis Andrès.

 

Au nom du groupe “Changeons d’ère à Charnay”, Christian Hamonic a souligné que « la situation financière était connue de tous depuis longtemps et que la situation n’est pas brillante. Toutefois, nous sommes opposés à une telle hausse, qui n’est pas de 5 % comme annoncée, mais de 7 % puisqu’il faut ajouter l’augmentation de 2 % des bases locatives décidées par l’État. Or, je ne connais pas de retraités ou de salariés, qui ont connu une telle hausse de leurs revenus. Nous votons contre et nous nous abstenons sur le budget ». Patrick Buhot de la liste “Un autre choix pour Charnay” a emboîté le pas. Les premiers avis d’imposition vont arriver dans les boîtes aux lettres à l’automne. Et avec eux, la douloureuse…

 

« Quel site pour les associations ? » – Article du JSL, le 17/12/2014

Lundi, le conseil municipal s’est déroulé dans le calme et la sérénité. Mais le débat portant sur l’absence d’un lieu dévolu aux associations a donné lieu à quelques passes d’armes.

 

Dans son introduction , Jean-Louis Andres a remis l’église au milieu du village et adressé une pique en direction de l’opposition en regrettant que certaines personnes « se plaisent à colporter que notre majorité n’aurait pas de projets. Mais de quels projets nous parle-t-on ? Du projet Carrefour Market, sans cesse ressassé, véritable incantation. Les Charnaysiens nous ont élus en connaissance de cause pour notre combat depuis septembre 2010 et notre opposition à ce projet pour toutes les raisons que l’on sait. »

 

Les associations

 

Le maire a ensuite souligné qu’il était reproché à sa majorité : « Les locaux inadaptés du foyer de l’amitié, de la bibliothèque municipale, de l’absence d’un lieu dévolu aux associations ». Selon lui, pour le foyer de l’amitié « une solution est attendue depuis 20 ans », pour la bibliothèque « plus de 20 ans d’insatisfaction », et pour la maison des associations : « 30 ans aucune réponse apportée ». Il ajoutait qu’« en neuf mois, nous serions responsables de ne pas avoir déjà satisfait à ces besoins ? »

 

L’opposition a répondu dans les questions diverses. Frédéric Breuil a proposé une réflexion sur les locaux vacants de la crèche en vue de les mettre à la disposition de la bibliothèque ou du foyer. Ajoutant que pour « la convention d’assainissement avec la ville de Mâcon qui risque de nous coûter très cher, je me réjouis que vous puissiez la renégocier ».

 

Centre de rééducation

 

  1. Breuil a ensuite admis: « C’est vrai que nous sommes en déficit de logements sociaux, mais pendant le dernier mandat nous sommes passés de 11 à 14 %. Je rappelle que si l’on veut rattraper ce retard, il faudra faire appel aux pouvoirs publics et qu’en Saône-et-Loire on a très peu de crédits pour financer les logements sociaux ». En conclusion, il a rappelé que plusieurs opérations en cours avaient été lancées par l’ancien conseil, dont le pôle santé. En réponse, M. Andrès a dit qu’il se rendrait à l’agence régionale de santé de Bourgogne pour obtenir un centre de rééducation qui fait cruellement défaut dans le secteur du Mâconnais.

 

CHSCT

 

Au cours de cette réunion, le conseil a voté unanimement pour neuf questions soumis au vote. Mais l’opposition a quand même demandé un vote à bulletin secret lors de la présentation du dossier portant sur la création du CHSCT (comité d’hygiène et de sécurité et des conditions de travail). Il s’agissait de désigner trois titulaires et trois suppléants proposés par la majorité. L’opposition a présenté deux candidates : Christine Vouillon et Anne-Marie Isabellon qui n’ont obtenu que cinq voix. Et Jean-Louis Andres, Danièle Grandjean, Roland Plantier (titulaires), Daniel Pont, Maurice Jarjat, Patrick Buhot (suppléants) ont été élus avec 24 voix.

« Bien vivre à Charnay 2020 sur le terrain » – Article de Mâcon Infos, le 14/12/2014

 

1

Tôt dans la matinée de ce dimanche, l’association « Bien vivre à Charnay 2020 » était présente sur la place du marché de Charnay-Lès-Mâcon. Cette action conviviale avait pour objectif de rester au contact de la population Charnaysienne et de promouvoir les valeurs de l’association.

Force de propositions de la droite républicaine et du centre, l’association a répondu, autour de son leader Frédéric Breuil, aux questions des citoyens concernant la situation de la ville, les projets à développer pour maintenir sa qualité de vie, son dynamisme et son attractivité.

Quelques Charnaysiens ont même profité de cette manifestation pour adhérer à l’association.

Site internet : bienvivreacharnay.com

Communiqué

L’association Bien vivre à Charnay 2020 veut tout d’abord remercier l’ensemble des Charnaysiens d’avoir pris de leur temps ce matin en s’arrêtant à notre stand sur la place du marché. Cette action que l’on a souhaitée conviviale a permis :

  • de solidifier la légitimité de Frédéric BREUIL dans le paysage politique local.

  • de lui permettre, sérieux dans son rôle de leader de l’opposition au Conseil municipal, de prendre connaissance de vos craintes et de répondre à vos questions qui demeurent sans réponse.

  • de permettre aux personnes qui se reconnaissent dans les idées qu’il défend de pouvoir adhérer à l’association. Ainsi, en souhaitant développer votre ville et pérenniser votre qualité de vie, votre adhésion permet de contribuer à la construction du Charnay de demain. Une ville dynamique, où il fait bon de vivre.

Nous voulons aussi saluer les commerçants installés sur la place du marché, car ils sont apporteurs de vie et d’économie dans notre ville.

Nous voulons travailler avec vous pour porter une alternative visionnaire pour faire battre plus haut et plus fort le cœur de notre ville !

« Bien vivre à Charnay à l’attaque ! » – Article de Mâcon Infos, le 14/11/2014

 

image article 1

« Charnay en danger ! » c’est l’affirmation de l’association bien vivre à Charnay 2020 qui lance un violent réquisitoire contre le maire.

Le président Loïc Brasseur a annoncé ce vendredi soir lors d’une conférence de presse le lancement de plusieurs événements de leur association :

– la mise en ligne du site internet

– un rendez-vous convivial pour aller à la rencontre des Charnaysiens sur le marché le dimanche 14 décembre

– un débat pour le printemps 2015 avec des personnalités du monde économique sur un thème qui reste à définir.

Et la politique est rapidement venue sur la table : « inaction de la municipalité, contre-vérités qui circulent », l’association a choisi de réagir et de faire des propositions sur l’avenir et la qualité de vie des Charnaysiens. En ligne de mire déjà, un programme que portera le leader Frédéric Breuil en 2020.

Les commissions sont en place : communication, économie-emploi, développement et cadre de vie, action sociale et vie associative, relations institutionnelles et relations extérieurs, la liste est longue des thèmes dévolus à chacun.

Frédéric Breuil a ensuite entamé la longue liste de leurs désaccords à propos de la gestion du maire Jean-Louis Andrès : 7 mois à la tête de la municipalité et aucun projet ; Des dépenses inutiles : 242 000 euros payés à la ville de Mâcon pour l’assainissement alors que Mâcon n’a pas eu de dépenses supplémentaires dues à ces dépassements, 30 000 euros pour la révision du PLU, 30 000 euros pour l’audit financier. « Une grosse irresponsabilité de la part du maire », dit Frédéric Breuil, « uniquement des dépenses inutiles pour ces premières actions. Une convention d’assainissement qui aurait du être renégociée avec la mairie de Mâcon et une facture qu’on n’aurait jamais du payer, une révision du PLU faite par dogmatisme politique pour refuser le projet de carrefour qui aurait permis à Charnay de se développer, un audit financier orienté et sans aucun projet… » Et la liste des reproches s’allonge : pas de projets concrets alors que le foyer de l’amitié, la bibliothèque pour tous, les anciens locaux de la crèche pourraient être porteurs de projets, aucun contact pris avec les entreprises et aucune commission réunie – « une entreprise est même partie à Hurigny faute de réponse à la mairie, dit Frédéric Breuil -, et une gestion du personnel catastrophique qu’il qualifie de « chasse aux sorcières pour se séparer des contractuels, le poste de direction générale des services n’a toujours pas été pourvu. »

Reproche encore sur les relations avec les associations : une mise sous tutelle, les associations doivent répondre à des ordres, elles n’ont plus d’aide de la mairie pour l’organisation des manifestations, doivent donner des explications sur leurs comptes, signer des conventions et… pas de journée des associations !

« Contradiction permanente du maire », rajoute Frédéric Breuil, Jean-Louis Andrès se pose en victime sur l’assainissement alors qu’il n’aurait pas dû payer. Sur les logements sociaux, sur le retrait du PC de Carrefour alors qu’il veut construire une déviation au même endroit, sur une situation qu’il juge mauvaise alors qu’elle ne l’est pas… des excuses pour cacher le manque de projets. En conclusion, « c’est à une politique de gauche dure idéologique qu’assistent les Charnaysiens. »

L’association travaille aussi sur un programme et apporte des propositions, comme renforcer le secteur public-privé pour les projets d’aménagements, maintenir le projet carrefour, investir concrètement pour les associations au lieu de dépenser inutilement les deniers publics, être à leur écoute, solliciter la camval pour qu’elle prenne la compétence assainissement, qu’elle prenne en charge l’instruction des dossiers d’autorisation d’urbanisme, renégocier avec la camval le dossier petite enfance.

Un mot pour finir, en forme d’injonction : « il est temps de passer à l’action Monsieur le Maire ».

« Que le maire passe à l’action » – Article du JSL, le 16/11/2014

image article 2

Créée en avril dernier, l’association Bien vivre à Charnay 2020 est désormais en ordre de bataille. Elle vient de lancer son site internet et fustige la politique de la majorité municipale.

Un site internet et une page facebook fraîchement mis en ligne, un rendez-vous “convivial” sur le marché le 14 décembre prochain, un débat public annoncé pour le printemps… Créée en avril dernier, au sortir des élections municipales, l’association Bien vivre à Charnay 2020 a profité d’une conférence de presse, vendredi soir, pour annoncer le lancement de son action.

Et rappeler par la bouche de son président, Loïc Brasseur, les bases et objectifs que s’est fixés ce collectif fondé par les colistiers de la liste Bien vivre à Charnay, deuxième en mars dernier. « Analyser l’action, oserais-je dire l’inaction de la municipalité, réagir aux affirmations et contrevérités trop facilement propagées, faire des propositions sur le sujet de la vie quotidienne et le développement de la ville et, le but ultime, bâtir le programme de notre unique leader Frédéric Breuil, qui portera notre projet dans quelques années. »

Des dépenses inutiles

Frédéric Breuil a justement profité du rendez-vous pour livrer son analyse des sept premiers mois de l’exercice du pouvoir de l’équipe conduite par Jean-Louis Andres. Et l’élu d’opposition ne s’est pas montré tendre, en témoigne la longue liste des reproches qu’il a dressée. « Aucun projet ne se dessine et beaucoup de dépenses nous paraissent inutiles sur ce début de mandat », a-t-il déclaré. Parmi elles, les 242 000 € payés à la ville de Mâcon au titre de la convention d’assainissement : « La municipalité n’aurait pas dû accepter de payer compte tenu que cette convention devait être renégociée ». Mais aussi les 30 000 € nécessaires à la révision du plan local d’urbanisme : « Tout ça pour déclasser les terrains du futur Carrefour Market » ; les 30 000 € d’un audit financier « complètement orienté. »

Frédéric Breuil a aussi pointé ce qu’il juge comme une « grosse irresponsabilité de la part de la municipalité en place, la destruction de ce qui aurait dû être le projet phare des prochaines années avec le retrait du permis de construire du Carrefour Market. […] Ce projet aurait permis à Charnay de continuer à se développer. Et rien n’est proposé pour compenser cette perte de richesse et d’activité. Il souhaite construire au même endroit une déviation qui va permettre à des milliers de véhicules de circuler chaque jour ».

Pas de projets

L’ancienne tête de liste a regretté le manque de projets en cours. Rien pour le Foyer de l’amitié et ses locaux vétustes, une bibliothèque pour tous en attente de locaux proche du centre-ville, pas d’idée pour réaménager l’ancienne crèche de la Coupée, ni de contacts noués avec les entreprises… Et encore une « gestion catastrophique » du personnel, une « mise sous tutelle des associations ».

À l’issue de son constat, Frédéric Breuil a énuméré quelques pistes : renforcer les partenariats public-privé dans les projets d’aménagements importants, maintenir le projet du Carrefour Market, construire une Maison des associations… Mais aussi solliciter d’avantage la Camval pour qu’elle prenne la compétence assainissement, créer un service communautaire d’instruction des PLU et renégocier le mode de financement de la petite enfance. « Il est contraire au principe de l’intercommunalité, et est extrêmement défavorable financièrement pour Charnay », a-t-il précisé.

Et Frédéric Breuil de conclure : « Il est temps que le maire passe à l’action ».

« L’opposition s’organise » – Article du JSL, le 06/07/2014

 les-membres-de-l-association-bien-vivre-a-charnay-2020-photo-a-w[1]

Les membres de la liste conduite par Frédéric Breuil aux dernières municipales viennent de créer l’association Bien vivre à Charnay 2020.

La ‘‘douche froide’’ des élections à peine digérée, les membres de l’opposition issus de la liste Bien vivre à Charnay contre-attaquent. Ils viennent de créer une association, nommée Bien vivre à Charnay 2020. « Un espace de réflexion », selon son président Loïc Brasseur. Nous souhaitons être une force de propositions pour les Charnaysiens », poursuit-il. Dans cette optique, quatre commissions (communication, économie, action sociale et relations institutionnelles) ont été créées.

Le but est clairement politique. Attaqué sur son manque de leadership durant la campagne, Frédérique Breuil compte sur cette association pour se forger une stature. Dans le champ de vision, les prochaines élections municipales de 2020.

Dès la rentrée, des rencontres seront organisées avec les habitants. « Charnay doit rester une ville attractive, commente Frédéric Breuil. Nous sommes consternés de voir qu’aucun nouveau projet n’a été lancé depuis trois mois par la municipalité en place. Il n’y a pas de vision claire, pas d’objectif. Sans compter la diabolisation du secteur privé ».

Le bureau Président : Loïc Brasseur. Trésorier : David Gaudilliere. Secrétaires : Jacqueline Mugnier et Chantal Chaintreuil.