Les taxes en hausse de 5 % – Article du JSL, le 25/03/2015

 impôt

Le budget primitif 2015, au centre de notre conseil municipal de ce jour, porte les stigmates d’une situation financière toujours préoccupante pour notre commune. » Cette phrase lâchée par le maire de Charnay-lès-Mâcon, Jean-Louis Andrès, en marge du conseil municipal lundi soir, ne laissait rien présager de bon. Dans la salle copieusement garnie, les Charnaysiens ont vite décodé les propos et compris que l’annonce d’une augmentation de la fiscalité locale allait être faite par la majorité.

 

Un choix pleinement assumé par le maire, lequel a expliqué que cette décision de relever de 5 points les trois taxes locales (habitation, bâti et non bâti), « ne s’est pas faite de gaieté de cœur. Mais les chiffres parlent d’eux-mêmes. Ne pas proposer d’augmentation, c’est soit de la démagogie, soit être inconscient. Nous avons déjà réalisé des économies sérieuses et importantes. Mais je suis obligé de faire des choix draconiens ».

 

« Choix financiers inappropriés ou à risques, décidés par l’ancienne équipe, baisses programmées des dotations d’État connues mais non anticipées, prêt toxique, fuite en avant vers la construction immobilière à marche forcée dont les premières rentrées fiscales ne sont attendues qu’à l’horizon 2017… » sont autant de contraintes pointées du doigt par le maire comme pour justifier le recours à l’impôt et l’impossibilité pour l’équipe de pouvoir actionner d’autres leviers.

 

Voilà le type de décision qui, on s’en doute, ne va pas faire sauter de joie les Charnaysiens, qui sortent déjà de deux augmentations successives des impôts locaux, de 2 % chacune.

 

« Vous n’êtes plus en campagne électorale »

 

En séance, la réaction des groupes d’opposition n’a pas tardé. Frédéric Breuil, chef de file de “Bien vivre à Charnay”, a fustigé ce choix en demandant de manière insistante au premier magistrat « d’arrêter de faire de la politique politicienne en noircissant volontairement la situation de la Ville, et surtout en répétant, à qui veut l’entendre, que tous vos malheurs sont les conséquences de la gestion de l’équipe précédente. Vous n’êtes plus en campagne ». Pour l’élu de la droite, cette hausse aurait pu être évitée via « les 830 000 € déjà perdus par la Ville à cause de votre gestion hasardeuse des dossiers ». Et d’en apporter quelques exemples : « La pénalité de 240 000 € versée à Mâcon au titre du transfert des effluents, le retard pris dans la renégociation de l’emprunt à risque, la révision du Plan local d’urbanisme, l’audit financier et le manque à gagner de 450 000 € dans le non-transfert du Carrefour Market. Pire, le budget 2015 ne laisse apparaître aucune nouvelle ressource. Voilà pourquoi nous allons voter contre cette hausse et le budget ». « J’espérais bien que vous alliez voter contre, sinon cela aurait signifié que le budget était parfait », lui a répondu, Jean-Louis Andrès.

 

Au nom du groupe “Changeons d’ère à Charnay”, Christian Hamonic a souligné que « la situation financière était connue de tous depuis longtemps et que la situation n’est pas brillante. Toutefois, nous sommes opposés à une telle hausse, qui n’est pas de 5 % comme annoncée, mais de 7 % puisqu’il faut ajouter l’augmentation de 2 % des bases locatives décidées par l’État. Or, je ne connais pas de retraités ou de salariés, qui ont connu une telle hausse de leurs revenus. Nous votons contre et nous nous abstenons sur le budget ». Patrick Buhot de la liste “Un autre choix pour Charnay” a emboîté le pas. Les premiers avis d’imposition vont arriver dans les boîtes aux lettres à l’automne. Et avec eux, la douloureuse…

 

Publicités